Pontivy Enquête. Le cyber-harcèlement fait des ravages !

Une large consultation va avoir lieu dans les établissements scolaires de la ville sur le cyber-harcèlement. Questions-réponses avec les protagonistes de cette étude.

20/03/2016 à 11:42 par Queffélec Gilles

Les moqueries et autres insultes ne s'arrêtent plus dans la cour d'école mais se propagent à plus grande échelle sur internet et les réseaux sociaux (photo d'illustration : Fotolia). -
Les moqueries et autres insultes ne s'arrêtent plus dans la cour d'école mais se propagent à plus grande échelle sur internet et les réseaux sociaux (photo d'illustration : Fotolia).

Antoine Van Meeuwen, étudiant, va mener une enquête sur le cyber-harcèlement et la pratique excessive du jeu vidéo dans tous les établissements scolaires de la ville. Fabienne Lavolé, responsable prévention en addictologie au sein de l’association hospitalière de Bretagne, l’accompagnera dans sa tâche. Ils répondent à nos questions.

Pouvez-nous nous expliquer ce qu’est, dans les faits, le cyber-harcèlement ? Comment il se matérialise et/ou se pratique ?

Le cyber-harcèlement est un harcèlement par le biais d’outils technologiques. Le harcèlement est un enchaînement d’agissements hostiles dont la répétition affaiblit psychologiquement l’individu qui en est victime.

La spécificité du cyber-harcèlement est son caractère persistant. L’utilisation d’internet donne au harcèlement un caractère très rapide et une diffusion massive.

Il se matérialise sous la forme de messages d’insultes sur les réseaux sociaux de type Facebook ou par téléphone portable, de vidéos compromettantes pour la victime, de la diffusion de photos volées ou sans accord préalable de la personne concernée jusqu’à l’usurpation d’identité, c’est-à-dire le piratage du compte de la victime dont peut être publié des commentaires dégradant en son nom.

Quelles sont les conséquences du cyber-harcèlement sur la personne ciblée ?

Les conséquences du cyber-harcèlement peuvent être terribles pour la victime : souffrance psychologique, perte de confiance et d’estime de soi, pouvant aller jusqu’au suicide.

Le cyber-harcèlement est d’autant plus dangereux qu’il concerne très souvent les plus jeunes (adolescents ou jeunes adultes) dont les réseaux sociaux sont un mode de communication mais aussi un terrain de socialisation.

Il est aujourd’hui plus délicat de distinguer le cyber-harcèlement du harcèlement classique tant les deux sont en synergie. Par exemple, le harcèlement peut commencer en classe, continuer sur internet, ce qui a été dit sur internet peut revenir en classe. Ou au contraire, le harcèlement peut commencer sur les réseaux sociaux et continuer de nouveau en classe.

A lire : Juliette avait 15 ans…

Doit-on considérer que le phénomène du cyber-harcèlement se développe de plus en plus aujourd’hui, même ici à Pontivy ?

Les collèges et les lycées remontent de plus en plus d’affaires qui traitent de cyber-harcèlement. Les études chiffrent le nombre de collégiens concernés par le problème entre 5 à 10 %. Les téléphones de plus en plus perfectionnés et la connexion permanente à internet ont amplifié ce phénomène.

Il a permis aux harceleurs de se doter de nouveaux outils pour harceler leurs victimes de la cour de l’école jusqu’à leurs chambres.

En fait, il semble que le sujet soit relativement “tabou” dans les établissements scolaires car cela ternit l’image de ce dernier à l’extérieur. Alors, comment libérer la parole ?

Le sujet n’est pas forcément tabou mais difficile à repérer. D’autant plus lorsqu’il s’agit de cyber-harcèlement car il s’inscrit à l’intérieur mais aussi en dehors du cadre scolaire, ce que l’équipe éducative ne peut maîtriser. Bien entendu, les établissements scolaires ont leur rôle à jouer, car il s’agit du bien-être et de la santé des élèves et à des répercussions sur les résultats scolaires.

Les établissements scolaires doivent pouvoir améliorer le repérage des situations, inciter les jeunes victimes à en parler et donner des conseils pour réduire les risques.

Ils sont nés avec les outils numériques… Les jeunes ne semblent pas avoir conscience de la portée de leurs échanges ou publications sur les réseaux sociaux. Comment les alerter sur ce point ?

L’adolescence est une période d’expérimentation et de construction de soi. C’est une période où les jeunes recherchent la relation avec les autres ; le groupe prend beaucoup d’importance. L’hyperconnexion peut être un outil pour eux de socialisation mais aussi d’expérimentation de la relation à autrui. C’est comme un grand terrain de jeu des relations, où l’on apprend les règles en pratiquant, par tâtonnement en étant parfois à la fois l’auteur ou la cible de messages malveillants.

Il est possible de les alerter en les sensibilisant aux paramètres de confidentialités présents sur les réseaux sociaux mais aussi sur le caractère public de certains de leurs messages. L’accompagnement à l’usage des réseaux sociaux est indispensable. Ils doivent absolument intégrer la notion de respect de soi et de l’autre.

Et le rôle des parents dans tout cela…. Ces derniers semblent dépassés, non ?

Les deux extrêmes se côtoient bien souvent. Il y a ceux qui sont dépassés et interdisent l’usage systématique de tout appareil technologique jusqu’à un certain âge ou ceux qui les laissent utiliser l’ordinateur ou le portable sans encadrement parental. De l’autre, il y a ceux qui maîtrisent ces outils et qui veillent à leur utilisation.

Il est important de rappeler que les parents sont responsables des agissements de leurs enfants aussi sur internet.

L’enquête menée par Antoine, étudiant, apportera de nouveaux éléments, mais savez-vous déjà quels axes de prévention sont certainement à mettre en place ?

L’enquête qu’il va mener vise à faire remonter les situations et les difficultés rencontrées par les professionnels pour traiter de la question du cyber-harcèlement. De l’autre, elle vise à comprendre l’utilisation des outils numériques par les jeunes afin d’adapter et d’ajuster au mieux les actions de prévention. Le cyber-harcèlement est un thème transversal qui englobe à la fois, l’éducation à la citoyenneté, l’éducation à la santé, l’éducation liée aux paramètres de sécurité informatique. Des modules d’intervention pédagogiques pourraient être envisagés afin qu’ils soient dupliqués par les professionnels des établissements scolaires. Ils existent déjà des interventions réalisées par ceux-ci ainsi que par la gendarmerie.

56300 Pontivy

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Offre d'abonnement été 2016 Bretagne

Sondage. Votez pour vos plages préférées du Morbihan

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go