Langoëlan Les chiens loups de Valérie filmés dans les rues de Paris

Les chiens loups de Langoëlan sont apparus dans un film documentaire consacré à Paris. La Plus belle ville du monde a été diffusé dimanche 1er janvier, sur M6.

05/01/2017 à 09:44 par Franck Baudouin

Valérie Le Roland élève une quinzaine de chiens loups à Langoëlan. -
Valérie Le Roland élève une quinzaine de chiens loups à Langoëlan. -

Des loups qui courent dans les rues de Paris. La scène est surprenante, inattendue. La production du documentaire La Plus belle ville du monde avait demandé à la ville de Paris de bloquer les Champs-Élysées pour le tournage. « Cela ne s’était jamais fait pour des animaux et c’était la troisième fois en 20 ans que la totalité des Champs-Elysées était fermée », raconte Valérie Le Roland, propriétaire des Hurlements de l’Ankou, à Langoëlan, un élevage qui compte une vingtaine de chiens loups.

Un marathon

Valérie Le Roland s’est rendue à Paris, en août dernier, accompagnée de sa fille Manon, âgée de 15 ans, et de deux autres personnes pour canaliser huit de ses chiens loups sélectionnés pour le tournage. Les prises de vue ont été faites sur trois nuits.

« J’étais le repère de mes animaux, tantôt à l’arrière de mon camion, tantôt sous la caméra ou encore à pied. Je disais aux personnes qui tenaient les animaux au point A de les lâcher pour qu’ils viennent me rejoindre au point B. La seule motivation de mes chiens loups était de me rejoindre ; ils étaient contents de me retrouver. Le gros défit était qu’ils me rejoignent avec autant de plaisir le plus vite possible pour les rentrer et de pouvoir repartir aussitôt au point A pour une autre prise de vue. C’était un vrai marathon ».

Entraînement dans les rues du bourg

Les loups de Valérie servent souvent de modèle. Nombreux sont les photographes à la contacter pour des shootings photos. En mai 2015, Valérie est approchée par deux personnes de la société de production Boréales, qui se sont ensuite déplacées à Langoëlan pour voir les animaux. Le producteur et le metteur en scène lui ont demandé de constituer une meute au physique homogène et de couleur grise pour un tournage sur Paris. L’aventure commence alors.

Pour entraîner ses chiens loup, Valérie a demandé à Yann Jondot et Laurent Ganivet, maires respectifs de Langoëlan et Séglien, l’autorisation d’entraîner ses animaux dans les rues de leurs communes pour qu’ils s’habituent à un environnement urbain.

Comme si de rien n’était

À Paris, les chiens loups ont été filmés de face, de gauche, de droite, de dos et de dessus. « Pour les animaux, c’était le même trajet mais l’environnement des caméras était différent. » À aucun moment ils ont été perturbés parce que leur récompense était de rejoindre Valérie.

« Dans la journée, c’était le repos pour l’équipe. Trois personnes dormaient à l’hôtel. Pour ma part, j’étais avec mes animaux dans le camion qui était équipé pour leur plus grand confort. Il faisait chaud et je restais avec eux pour les tranquilliser et les canaliser s’il y avait eu la moindre inquiétude de leur part ».

Après la troisième nuit de tournage, l’équipe des Hurlements de l’Ankou a repris la route pour rentrer en Bretagne. Arrivés vers 13 h, les animaux ont repris leur vie tranquille dans les parcs avec leurs congénères comme si de rien n’était.

> La plus belle ville du monde en replay

Valérie Le Roland élève une quinzaine de chiens loups à Langoëlan. -
Les chiens loups de Langoëlan à Paris.

56160 Langoëlan

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go