Pontivy [VIDEO] Lycée du Gros-Chêne : Liberté, je slame ton nom

L’inauguration de la plaque républicaine au lycée pontivyen a pris un coup de jeune. Le traditionnel cérémonial a été remplacé par une performance de slam des élèves !

30/01/2017 à 10:01 par angelique.goyet

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Dix lycéens, debout sur des bancs devant l’entrée du Gros-Chêne, dans le froid glacial de ce jeudi 19 janvier. Haut et fort, ils slament a cappella devant leurs camarades de classes, devant les autres lycéens, devant leurs professeurs.

« En 2017, l’homme peut être blanc, noir ou métisse/
Faut-il encore expliquer ça aux racistes/
C’est triste.
Que l’on vienne de France, de Chine ou de Côte d’Ivoire/
Surtout ne soyons pas défaitistes. »

De chauds applaudissements montent de la foule lycéenne. Puis, une autre représentation, cette fois-ci, du spoken word (texte poétique avec de la musique). Liberté, Égalité, Fraternité sont le leitmotiv des jeunes slameurs.

Ce sont eux qui dévoileront la plaque républicaine, fixée à la façade du lycée du Gros-Chêne. Sous trois drapeaux : français, européen, breton.

« Ce sont les valeurs de la République. Aujourd’hui, après ce qui s’est passé en 2015 et 2016, le symbole est plus fort », commente Laurent Chevalier, proviseur du Gros-Chêne.

Il continue : « Nous sommes un établissement public, nous avons le devoir d’accueillir tout le monde, quelle que soit l’origine culturelle ou religieuse. Ici au Gros-Chêne, on est là pour apprendre un métier, passer un diplôme, continuer des études. La laïcité n’efface pas toutes les différences, elle les accueille toutes. »

Les élèves de seconde générale et professionnelle ont été associés à cette inauguration. « On a composé les chants et les textes en classe, indiquent en chœur Mélissa et Mathias, deux slameurs. C’est l’administration qui a choisi les deux derniers. On a travaillé seulement cette semaine dessus, durant deux jours. »

Quelques heures de travail

Pour cette performance, les élèves étaient accompagnés du rappeur-slameur Lhomé. L’artiste, originaire de Poitiers, intervient régulièrement dans les établissements scolaires français, en marge de sa carrière. « Nous avons formé un groupe de travail. On a eu quelques heures pour appréhender l’écriture, l’oralité et apprendre à performer sans micro. »

Le thème des textes allait de soit : Liberté, Égalité, Fraternité. Devise inscrite la plaque. « On a eu toute la liberté de s’exprimer dessus, pas de censure, lancent Mélissa et Mathias, rejoints par leurs camarades de classe. On est fier de notre travail. » Une autre slameuse ajoute : « Dès le début, on a pensé à tout ce qui c’est passé depuis deux ans, les attentats. »

Le spoken word des élèves commence ainsi.

« Ils nous attaquent avec des balles en plomb/
Nous, on répond avec des crayons affûtés/
Car dans nos cœurs/
Nous sommes libres de nous exprimer. »

56300 Pontivy

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go